Skip to content

LISTE VERTE DES AIRES PROTÉGÉES

Issue d’une résolution du Congrès Mondial de la Nature de 2012, la Liste verte vient compléter les outils de connaissance développés par l’UICN dont la Liste rouge fait partie.
Elle promeut une approche positive de la conservation, et vise à reconnaître, encourager et valoriser les succès obtenus par les gestionnaires d’aires protégées. Lancée officiellement en 2014 à l’occasion du Congrès mondial des parcs, elle est appelée à devenir une référence mondiale pour l’ensemble de la communauté de la conservation de la nature.

EN QUELQUES MOTS

Qu’est-ce que la Liste verte des aires protégées ?
La Liste verte des aires protégées constitue une méthodologie et un label international qui récompense les efforts de conservation des gestionnaires, en évaluant les progrès accomplis. Son objectif principal est de contribuer à faire progresser la qualité de gestion et de gouvernance de l’ensemble des aires protégées à l’échelle mondiale, en valorisant les sites et les pratiques exemplaires.

La Liste verte de l’UICN permet également de mesurer et d’accélérer les avancées vers la réalisation de l’Objectif 11 d’Aichi. Ce dernier engage à protéger :

« D’ici à 2020, au moins 17% des zones terrestres et d’eaux intérieures et 10% des zones marines et côtières, y compris les zones qui sont particulièrement importantes pour la diversité biologique et les services fournis par les écosystèmes, sont conservées au moyen de réseaux écologiquement représentatifs et bien reliés d’aires protégées gérées efficacement et équitablement et d’autres mesures de conservation efficaces par zone, et intégrées dans l’ensemble du paysage terrestre et marin.»

POURQUOI 
L’UTILISER ?

Elle présente de nombreux avantages directs et indirects pour les gestionnaires, leurs réseaux représentatifs et les Etats Parties de la Convention sur la diversité biologique :

Pour les Etats :
• la liste verte constitue un outil de suivi de la mise en œuvre de l’objectif n°11 d’Aichi
• elle contribue au développement d’un cadre d’évaluation cohérent de la gestion et de la gouvernance des aires protégées à l’échelle nationale et internationale
• elle permet aux aires protégées de converger vers des objectifs de qualité de haut niveau

Pour les gestionnaires et leurs réseaux représentatifs :
• l’inscription sur la liste verte offre une reconnaissance internationale de la qualité de gestion du site
• la démarche de candidature constitue une source de motivation pour atteindre et maintenir des standards élevés de qualité
• la liste verte facilite la mutualisation des expériences réussies entre les aires protégées aux échelles nationale et internationale
• l’évaluation permet d’établir un état des lieux précis des problèmes rencontrés et de proposer des pistes d’amélioration concrètes
• ce faisant, elle constitue un outil de mesure des progrès accomplis et de comparaison entre sites
• et peut contribuer à optimiser les dispositifs de suivi-évaluation à long terme pour mesurer l’efficacité de la gestion du site

Les travaux du comité français de l’UICN sur le sujet

Grâce à l’action du Comité français de l’UICN, les espaces protégés français ont pris une part active dans le développement de cette Liste depuis son lancement en 2014 et, avec 14 sites labellisés depuis 2014, la France est le pays abritant le plus de sites sur la Liste verte mondiale de l’UICN.

Le Comité français a mis en place un programme de travail important sur les aires protégées. La Commission des aires protégées du Comité français de l’UICN a apporté ces dernières années, sous de nombreuses formes, son expertise pour une meilleure connaissance et un renforcement du système français d’aires protégées

Liste verte de l’UICN des aires protégées et conservées (201.)

L’OUTIL MIS
EN PRATIQUE

La Réserve Naturelle Marine de Cerbère-Banyuls, gérée par le Département des Pyrénées Orientales a été récompensée pour sa gestion exemplaire et son efficacité en devenant lauréat de la Liste Verte en 2014.
Ce dernier en assure la gestion en essayant de concilier la protection des fonds marins et la préservation des activités socio-économiques, notamment par la régulation, voire l’interdiction, de la pêche, la plongée et le mouillage.

Le Comité français de l’UICN accompagne également le Département des Bouches-du-Rhone dans l’évaluation de la candidature de la Réserve Naturelle de la Sainte-Victoire.

CONTACTS

Pour toute information sur ce programme, merci de contacter :
Thierry Lefebvre – Chargé de programme « Aires protégées »

X